Bien débuter en Numérologie (partie 3)

Continuons notre petit tour d’horizon sur la Numérologie afin d’en pénétrer davantage les secrets et d’éviter les écueils nombreux et variés, relayés d’ailleurs par les ouvrages spécialisés…en marketing…

Quelques rappels
.
Pour apprendre la Numérologie, avant même de digérer les différents calculs, intégrez et vivez les nombres au quotidien en vous référant aux descriptions sur les années personnelles (AP), jours personnels (JP) et par déduction mois personnels (MP). Voir articles précédents.
Passez du temps sur ces vibrations, calculez les pour d’autres, comparez, ressentez, bref, vivez-les !!!
N’oubliez pas que la Numérologie est aussi un outil de développement de l’intuition alors écoutez vous au maximum.
Voir trop tôt l’ensemble des calculs, vous noierait dans un tourbillon de nombres et de lettres sans que vous n’ayez le temps nécessaire pour l’imprégnation de leurs significations respectives.

Pour ceux et ceusses qui ont déjà bien avancé
, restez tout de même dans les calculs basiques et fondamentaux sans recourir aux multiples « essences », défis mineurs et autres péripéties calculatoires dérivées qui ne servent en fait qu’à masquer (chez leurs auteurs) le manque de compréhension des nombres.

Ne perdez pas de temps non plus inutilement sur les maîtres nombres sauf exception (voir article précédent).
Oubliez les nombres karmiques qui n’ont aucun fondement, comme si, en astrologie, on déclarait qu’un signe puisse l’être, privant son natif d’un sort heureux…
Les difficultés de la vie, aussi dures soient-elles, s’expliquent par l’interaction dysharmonieuse des nombres dans des configurations de thème bien spécifiques alors ne cherchez pas du karmique partout, ni même dans les nombres manquants de l’inclusion.

Il faut savoir que la base commune et tronquée des enseignements numérologiques contemporains vient quasiment d’une seule source principale à savoir Kevin Quinn Avery (et quelques autres rares auteurs américains) ; depuis, la plupart des auteurs le plagient, le réécrivent avec plus ou moins de succès, apportant ça et là leur touche personnelle mais au global, cette pédagogie stagne, tout du moins dans les livres.
Les véritables sources d’évolution numérologique  sont ailleurs, notamment dans la compréhension de l’origine des calculs, des nombres, de la migration transculturelle des lettres, de la science des nombres etc…, ce qui permet au final d’infirmer ou de confirmer certaines techniques, d’en découvrir d’autres, d’élargir le champ de son application ; l’expérience et l’intuition font le reste.

Bien débuter partie 1, Bien débuter partie 2

Share Button
Print Friendly

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *