Archives par étiquette : etude

Lettre A

Article modifié le 1/06/17

La lettre A provient directement et clairement de la lettre hébraïque Aleph (le Alpha grec) dont elle reprend les caractéristiques principales.

Le Aleph est une lettre mère (il y en a trois pour rappel) et correspond à l’élément Air comme son initiale l’indique (l’Aigle chez les Egyptiens). Elle représente l’immanence divine omniprésente, le principe de l’Unité fondamentale à la base de toute chose, créatrice.

En ce sens, elle est « facile » à comprendre bien qu’inconnaissable.

Son graphisme émane historiquement de la représentation du Taureau (l’animal et non pas le signe) alors paradigme de l’énergie primordiale (dans l’agriculture pour l’époque) ; en tant qu’élément Air, le Aleph se situe au « milieu », entre le feu (lettre Shin) et l’eau (lettre Mem) qu’il équilibre et analogiquement au cœur (Âme), entre la tête et le bassin. De même, il est le « tempéré » entre le sec et l’humide.

On pourra dès lors rapprocher le A (Aleph) pour l’interprétation, du nombre 1 au sens de l’unité, du centre (le cœur), du principe divin, de l’élément inspirateur, créateur, dynamique et synthétique, de l’initiative, de L’Être.

L’aspect « feu » du 1 est réservé à la lettre Shin donc au S (Solaire).

Le Aleph est rattaché au Mat du tarot de Marseille (voir figure) et non au Bateleur qui est l’arcane majeur I car Aleph ne peut débuter une série de quoi que ce soit, il est partout et dans tout comme le principe divin. Dans notre alphabet, le A est bien la première lettre, respectant ainsi son rang de premier, de commencement, de source. Sa valeur est 1 comme le Aleph.

alephle mat tarot numerologie

 

 

 

 

 

On retrouve le A dans notre langue comme préfixe privatif (à l’instar du préfixe « in », étonnant non?) ; un préfixe privatif rend « privé », non pas dans le sens « dépourvu » mais au contraire au sens de non commun, non public. Par exemple, Impossible (1possible) n’est pas possible au sens commun mais par le 1, par l’unité en soi recouvrée, par le côté divin en soi.

Dans la pratique, nous retiendrons les mots-clés suivants pour la lettre A : Amour, Affection, Sentiment, concentration, dynamisme, Action (davantage au sens de l’Idée), Air, Âme, Initiative, création (ex nihilo), unité, synthèse, origine, source, paternité, etc.

Les mots, prénoms et noms commençant par le A sont ainsi dotés de ces qualités et à l’inverse des défauts corrélés (je vous laisse les définir, l’idée ici est de vous faire comprendre simplement la lettre et de vous laisser bosser un peu tout de même).

Le A n’est rattaché à aucune planète, il est à part et partout, il est inconnaissable et indescriptible dans son essence.

Excursion

Le passage d’un A indique toujours une nouveauté, des événements à caractère unique, une énergie dynamique et enthousiaste, bref, un nouveau souffle créateur et global.

Important : Son passage en outre dote d’une très grande concentration due au centrage important, on est plein de soi, une forme d’unité, d’intégrité est réalisée, on est engagé au maximum.

Dans le nom, il affecte le climat général, la situation change avec une forte implication, c’est du lourd comme on dit trivialement, cela affecte la famille et particulièrement les parents ou en tant que parent ; dans le premier prénom, une initiative personnelle pleine et entière, un esprit d’entreprise, un sens de l’investissement, dans le second prénom, le changement impacte la vie affective et intérieure (une naissance, une rencontre par exemple) puis dans le troisième, les projets, la vie sociale et culturelle, les créations mais aussi les collatéraux.

Précisons également qu’il Agit logiquement et étonnamment sur les choses ou les personnes qui commencent par la lettre A. Le A, en tant que lettre émanant d’une lettre mère, marque l’élément air comme Etat d’être, c’est le principe cardiaque en action et naturel.

Plan d’expression

Le A ne peut pas conserver sa place de lettre cardinale ou créatrice, en tant qu’Origine et centre, il est la base de tout, l’ubiquité, il est fixe et immuable. En revanche, le A reste une lettre mentale, l’élément Air agissant au niveau de la pensée et de la réflexion. Le A est par ailleurs d’une grande stabilité.

Share Button

Préambule à l’étude des lettres

Quand on s’intéresse à la numérologie, on ne manque pas de noter l’importance des lettres et pourtant, elle leur réserve actuellement une bien piètre place, y compris dans la littérature spécialisée.

Les lettres sont évidemment proches des nombres, à quelques différences près et, la plupart du temps, elles sont décrites comme telles faute de connaissance. La numérologie est, rappelons-le, une science toute jeune (un siècle à peine et encore), diffusée par peu d’auteurs, qui ont fait ou font ce qu’ils peuvent. Aussi tout reste à faire en matière de lettre pour permettre une réelle avancée.

Comme de nombreux numérologues je m’y emploie et tente d’apporter ma pierre à l’édifice ; je vais donc vous proposer le fruit de mes recherches, loin de l’exhaustivité mais constituant, j’espère, un pas de plus vers l’approfondissement de notre discipline favorite. Vous pourrez d’ailleurs, à loisir, poursuivre mes raisonnements pour aller encore plus loin et compléter ainsi mon travail.

Pour l’heure, la signification des lettres selon les ouvrages en vigueur, reprend un descriptif simplifié de leurs origines hébraïques avec des développements hasardeux pour finalement rejoindre le sens des neuf premiers nombres auréolés de variantes pour le packaging commercial.

Soulignons malgré tout ce bel effort mais reconnaissons que c’est insuffisant et … pauvre.

Notre alphabet (alpha beta) provient de l’hébreu ancien (et même d’avant) avec des détours par le grec (calqué sur l’hébreu) et le latin. J’invite les curieux(ses) à farfouiller sur internet pour approfondir ou à lire, par exemple, l’excellent livre de Marc-Alain Ouaknin « Mystères de l’alphabet ».

arbre sephirothique

Il faut donc revenir aux fondamentaux, à la kabbale afin de pénétrer plus avant ce mystère des lettres et plus particulièrement au livre de la formation : le Sepher Yetzirah, qui comporte des versions divergentes, ce qui n’arrange rien…

Le cheminement pour comprendre voire intégrer les lettres est complexe pour les raisons suivantes :

  • Les lettres comme les nombres sont des émanations « vivantes » à la symbolique subtile appartenant au monde spirituel, qu’il faut ensuite adapter à notre monde pour la pratique.
  • Leurs origines sont parfois multiples dans l’hébreu, entraînant des correspondances variées et délicates.
  • L’ordre des lettres a été bousculé dans le temps, ce qui est également vecteur de sens.
  • Et pour finir, l’impact culturel de la langue influe sur certains aspects même si l’universalité règne au global. Nous nous cantonnerons ici à la culture francophone.

lettres hebraiques

L’hébreu comporte 22 lettres-nombres, chacune d’entre elles possède sa propre valeur numérique ce qui a induit des numérologies dérivées mais c’est un autre débat.

Parmi ces 22 lettres, on compte 3 lettres mères, 7 doubles et 12 simples.

Les lettres mères correspondent aux éléments air, eau et feu.

Les lettres dites doubles en raison d’une prononciation différente selon qu’elles soient au début ou à la fin d’un mot, sont en rapport avec les 7 planètes anciennes, les 7 jours, les directions dans l’espace, les conditions de l’être humain et les ouvertures anatomiques de la tête.

Les lettres simples quant à elles sont en rapport avec les signes zodiacaux, les maisons astrologiques, les 12 mois de l’année et les 12 organes du corps humain.

Nous reverrons tout cela par la suite.

Dans les articles qui vont suivre, nous allons donc détailler chaque lettre de notre alphabet en examinant son ou ses origines, son voyage jusqu’à nos jours et tous les symboles qui y sont rattachés. Nous nous aiderons de la langue française (et d’autres parfois) pour y voir leurs influences, en choisissant par exemple des mots commençant par la lettre qui nous intéresse car la première lettre d’un mot en définit la destination, c’est son origine. Il faut savoir également que les lettres hébraïques sont des consonnes et seulement des consonnes ; les voyelles sont interprétées à la lecture. Aussi, par exemple, on pourra parfois résumer un mot à ses consonnes ou étudier sa première consonne, qui, en quelque sorte est sa première lettre.

Pour clore ce chapitre introductif, il est bon d’opérer une distinction entre les lettres et les nombres.

En s’inspirant de l’arbre séphirotique et en simplifiant au maximum, on peut imaginer les 10 premiers nombres comme des sortes de chakra (certains d’entre eux les représentent même parfaitement) et les lettres comme des « méridiens » (ou canaux) les raccordant.

Il y a 10 nombres primordiaux et 22 lettres, soit les 32 voies de la sagesse.

Share Button