Archives par étiquette : symbolisme

Lettre K

Lettre K, onzième lettre de l’alphabet, valeur 11/2 (20 dans l’alphabet hébraïque), lettre double

Le K est un cas à part puisque c’est une lettre peu présente dans le vocabulaire français et dans les dénominations. Il suffit d’ouvrir le dictionnaire pour constater sa rareté ou encore jouer au scrabble pour glaner les 10 points de sa confidentialité.

Les quelques mots l’ayant pour initiale sont presque tous d’origine étrangère.

Il est aussi notable que le son « K » est davantage produit chez nous par les associations de lettres suivantes : « ch » ou « qu » dont la valeur (3+8) reste 11, étonnant non ?

On pourra utilement s’en inspirer tout comme l’ambiguïté du C qui donne le même son.

Son origine hébraïque, la lettre Kaph, signifie littéralement la paume de la main d’où l’idée de prendre ou donner et donc de l’échange mais aussi la protection, la caresse, la couverture. Cet échange est de type osmotique, cher au côté fusionnel du 11, la libre circulation des énergies entre deux pôles opposés ou complémentaires.

lette kaph

La roue de fortune, l’arcane X, en tant que roue du Karma lui est associée, alternance des cycles de vie et de mort qui sont également les attributs fonctionnels du Kaph.

la roue de fortune

Sa planète est Vénus (et son jour le vendredi), bien que, comme nous le verrons plus loin, le K symbolise les arts martiaux ; ceci dit, nous retrouvons ici l’idée Vie/Mort, Vénus/Mars. Ce double aspect fait partie intégrante des lettres « 2 ».

Quoi qu’il en soit le K est proche de sa valeur 11 dans ses effets. Il apparaît comme une lettre dure, à comprendre dans le sens compacte, issue de la fusion, de la force de l’union; d’ailleurs en Allemand force se dit Kraft et, en Français, la force fait le poids avec le Kilo.

Cette force compacte, compressée du K est parfaitement illustrée par le fameux Ki ou Chi des arts martiaux qu’on retrouve dans le Kung fu, le Kendo, le Karaté, l’aïKido etc.

Le K évoque cette idée (avec fautes d’orthographe) de Kondensation, Koagulation, Koncentration comme la Kératine, la vitamine K qui intervient dans la coagulation du sang, les Kystes mais aussi dans les matières, le Kevlar par exemple.

Son côté symboliquement et secondairement rattaché au 2 se voit dans le Kelvin (unité de température absolue calculée à partir du point triple de l’eau), le Kayak et même dans les vêtements, le Kabig et le Kway pour le fun.

Cependant, n’oublions pas le caractère élitiste, directif (voire autoritaire) et inspiré de cette lettre exprimé par la Kabbale, les couvre-chefs comme le Képi, et certains noms de tyran que je ne nommerai pas.

Pour finir, dans le règne animal, il existe des animaux fusionnels physiologiquement comme les marsupiaux, Kangourou, Koala etc.

Résumé

Le K représente l’idée de la fusion consommée ou agrégée, vécue et pratiquée contrairement au nombre 11 dont c’est la gageure. C’est donc une lettre forte, qui dote d’inspiration, de créativité, d’originalité, d’indépendance, d’énergie condensée, de protection mais aussi de dureté et d’un côté tout ou rien avec peu de souplesse et de la rigidité. La sensibilité est bien sûr présente mais au service des courants intérieurs qu’il faut respecter dans une certaine forme d’urgence ou dans l’agressivité si frustration.

Excursion

Son passage parle évidemment souvent du couple ou des relations de type intime. Attention au piège de la fusion, préférons lui le respect de soi dans la tolérance et l’exercice de l’accord interne plutôt qu’externe. Il favorise ainsi la transmission, la créativité et au plan général, l’idée de faire coller les choses aussi intensément que possible. Accord-désaccord, relationnel à sentir, s’imposer par les idées au lieu de subir mais sans autoritarisme.

Les personnes et les objets ou thématiques commençant par la lettre K ou Ch ou Qu ou C (avec le son K) ont évidemment des occurrences significatives durant le passage de cette lettre.

Plan d’expression

Le K est défini classiquement comme lettre intuitive et cardinale ou créatrice.

Le Kaph désigne la paume de la main, la notion d’échange, deux éléments centraux donc appartenant au domaine du fixe.

Par ailleurs le K, en tant que force intérieure concentrée maîtrisant le lion (dans l’arcane XI), est solaire, il cuit, crame, consume.

Donc fixe et feu.

Share Button

Lettre B

Lettre B, seconde lettre de l’alphabet, valeur 2, lettre double

La lettre B émane clairement et directement de la lettre hébraïque Beth avec laquelle elle partage le deuxième rang alphabétique.

Tout comme le A peut être envisagé comme un 1, le B reprend les caractéristiques du nombre 2 à ceci près que c’est une lettre et qu’ainsi elle couvre d’autres sens dérivés.

lettre beth

Le Beth signifie littéralement « Maison » ou « Demeure » voire la « Bouche » et de plus, l’entrée, l’accès à l’Intérieur.

D’ailleurs les mots Bâtiment, Building, Boîte renforcent cette idée et, avec l’élément eau du 2, le bâtiment se transforme en Bateau, Boat, Barque, Bac etc.

Le préfixe Bi renvoie bien également au 2 dans le sens numérique.

Néanmoins, le paradoxe du B tient au principe de manifestation lié au nombre 2, à savoir que les « choses » apparaissent à ce stade, c’est la Base !

C’est pourquoi l’arcane du Tarot associé est le Bateleur. Je rappelle que le principe divin est immanent et invisible, tout commence à se manifester à partir du 2. Le Bélier, premier signe astrologique, commence par un B, c’est le B.A.BA. sinon vous l’avez dans le baba…

le bateleurNote : l’ordre des arcanes du tarot ne suit pas l’ordre des lettres qui sont, je le rappelle, des canaux qui relient les sephiroth ; dans le cas présent, le Beth est le canal, le sentier qui relie Binah (3) à Kether (1).

D’où l’idée que le B ou le Beth débute toute série, les Béotiens vous le confirmeront…

Le Beth est la première lettre du premier mot de la génèse, « Bereshit » (au commencement) qui fait toujours l’objet d’une étude considérable.

Le B ou le Beth représente aussi la Bénédiction de la sagesse divine (sagesse (nombre 2) et à contrario folie ou Bêtise par absence de sagesse) avec les exemples de Baptiste, Baptème.

Le B couvre l’acte de Bénir et par extension, le Bien, le Bon et le Beau, le Brave mais également, le Benêt, le ou la bête. « Heureux les simples d’esprit » (sermon de la Montagne).

En tant que bouche on retrouve la notion d’ouverture vers un monde intérieur, son seuil et simultanément ce qui s’y rattache  comme Bavarder, Bavasser, Baver, Balbutier, Baiser, Bègue puis la Bouffe, la Boisson (ce que l’on met à l’intérieur).

On retrouve l’énergie de Base dans le symbolisme animal à travers l’énergie primordiale du Taureau représentée par les Bovins, Bisons, Buffles etc.

La Base, c’est le Bas (comme le 2, l’ancrage), le Bassin mais aussi la lecture et le Binaire (Biblio, balancer…).

La planète correspondant au B est bien évidemment la lune, le jour, le lundi, considéré souvent comme premier jour de la semaine.

Résumé

Le B a un But, il scelle le déBut de quelque chose, la construction pragmatique et matérielle, intellectuelle ou affective (union). C’est également une énergie nourricière, d’entretien de ce qui a débuté, voire de développement. Il est l’incarnation du principe de l’énergie, du bas vers le haut, du bassin, l’ébauche d’une base. Avec son aspect double ou duel, l’opposition est possible (Bataille), le principe de séparation (plus pour manifester les choses distinctement que pour annihiler).

L’importance du foyer et de son équilibre est déterminante et majeure, assumant la pérennité et la sécurité ; les Besoins doivent être satisfaits à tout niveau, corporel, émotionnel etc.

Excursion

Le passage du B indique souvent des préoccupations (pas nécessairement négatives) d’ordre matériel liées au bien-être de l’acquisition de cette fameuse base tranquillisante à partir de laquelle on se pose, comme un point de départ.

Cette lettre met un accent sur la maison, l’union (Bague), les relations solides, le côté maternel et plus particulièrement le corps (maison de l’âme) avec les parties ou organes doubles comme les yeux par exemples ou les ouvertures en général.

Un esprit plutôt vide (dans le bon sens) est à l’honneur ou pas d’esprit du tout (sagesse/folie) et à contrario, un besoin de se remplir, d’opposition, de doute, un sentiment d’abandon etc.

Les personnes et les objets ou thématiques commençant par la lettre ont évidemment des occurrences significatives durant le passage de cette lettre.

Plan d’expression

Actuellement, le B est classé comme lettre mutable. Effectivement, sa nature constructive, associée au bassin et au ventre, au bas donc, la destine au plan mutable. Elle revient à l’élément eau et donc à l’émotionnel. Conforme au tableau classique.

Share Button

Symbolique du monde par les nombres

vitruve

L’être humain « standard », norme iso 33000, est constitué de deux côtés, gauche et droit et, en considérant le diaphragme (ou la ceinture pour ceusses qui seraient fâchés avec sa localisation) d’un haut et d’un bas.

Symboliquement et grossièrement, le côté droit renvoie à l’action, au père, au principe masculin, à la logique etc…alors que le côté gauche au principe féminin, à la mère, à l’imagination, au ressenti etc.

Rappelons au passage que le cerveau gauche analytique gère le côté droit et que le cerveau droit synthétique le côté gauche.

Notre partie « basse », attachée à la terre nous relie à son énergie, aux instincts, à la sécurité tandis que la partie « haute », plus proche des étoiles nous dote des facultés intellectuelles, spirituelles et du mode discursif cher à notre mental.

Je pourrais approfondir davantage mais cela desservirait le propos qui va suivre.

Opérons une transposition de ce schéma à notre chère Terre, et, selon les conventions en vigueur au planisphère terrestre.

planisphere

Plaçons-nous alors en tant que géant sur ce dernier, tête au nord comme il se doit, pieds au sud, occident à droite et orient à gauche.

Que constatons-nous ?

A notre droite l’occident. Il présente des similitudes prononcées et franches avec la symbolique du côté droit.

En effet, l’occident apparaît comme une pseudo référence du monde masculin, de l’action, d’un Dieu tout puissant, du paradigme de la réussite sociale avec ses défauts de sexisme, de l’hyper-industrialisation, de l’individualisme farouche et finalement de l’apogée du « Faire »dissimulant un faux « Etre ».

Les USA trônent en figure emblématique de cette partie du monde avec le culte de la personnalité, des super héros et que sais-je encore.

A notre gauche l’orient.

Historiquement, celui-là représente un monde de sagesse, les méthodes ancestrales dédiées à l’évolution, les non-dieux (le Soi), l’énergie féminine et en somme, le monde du féminin, du non-Etre avec sa culture de l’intérêt général en lieu et place de l’individuel.

L’orient contient l’ex URSS avec son immensité vide et le reste de l’Asie, discrète autrefois, tout le contraire de l’occident.

A ses extrêmes, la Chine et le Japon se sont fait aussi connaître pour leur opposition à l’occident à travers la guerre et la copie.

Pour en revenir aux nombres, notre sujet de prédilection, vous aurez aisément compris que l’occident s’évertue à poursuivre le Saint Graal du 1 et l’orient, en miroir, celui du 2.

Il suffit de reprendre les symboles cités pour ces deux parties du monde pour s’en convaincre.

Néanmoins, l’histoire nous montre la mésentente de ce couple « 1,2 », leur difficile cohabitation, notamment par l’exemple de la guerre froide. Les deux dernières guerres mondiales se sont également déroulées en Europe, la partie centrale nord du monde, le 3.

Le monde n’est qu’une projection de l’être humain et de ses croyances !

Or les croyances proviennent généreusement, dans l’inconscient collectif, des religions et particulièrement de la sacro-sainte culpabilité judéo-chrétienne qui, grâce à l’hégémonie du monde occidental s’est répandue dans tous les mouvements et philosophies.

Le récit extrapolé de la chute en serait l’origine, largement relayée ensuite par les ecclésiastes et religieux de tout bord.

Dès lors, numérologiquement parlant, le nombre 2 est artificiellement devenu l’ennemi public numéro 1.

2

La chute et sa mythologie improbable à savoir l’incarnation a été imputé à Eve (principe féminin ou le 2 original) ce qui a eu pour conséquence majeure de diaboliser ce nombre (puis le 5), considéré dans de nombreux ouvrages occultes de référence comme « nombre mauvais », 2=double=diable, principe de séparation, de division.

Depuis, dans l’inconscient collectif et pour tout un chacun, le 2 et sa suite symbolique sont négatifs :

le féminin, la terre-mère, le corps (en tant que contenant), le côté gauche ou senestre (qui a donné « sinistre », les gauchers étaient contrariés), les orifices (considérés comme sales), l’ombre associée aux ténèbres, le sexisme, le « bas » par rapport au « haut », la dépression par rapport à la pression (à qui nous devons la pluie soit l’eau), etc.

Etonnez-vous après cela des problèmes que rencontre notre monde !

Pourtant, le 2 est un nombre magnifique, qui amène la conscience (principe du miroir), la sagesse, la finesse et qui recherche activement l’unité par l’entremise de son vide, la fameuse vacuité.

Il peut être perçu comme diviseur ou comme réunificateur, à chacun son libre arbitre…

Aussi, dans chaque être humain comme dans le monde (sa projection), la fonction « 2 » est sciemment « interdite », entretenue dans la division au lieu de l’intégration ; cette fonction permet l’intériorisation, l’introspection, l’esprit critique, le non-paraître, l’acceptation, le lâcher-prise, etc.

Sans elle, rien n’est possible sereinement ni en occident, ni en orient, ni dans l’être humain.

En considérant maintenant le haut et le bas de l’homme soit le nord et le sud, nous constatons selon le même principe, une division, une opposition entre la tête et les jambes.

Le nord tout puissant se veut la tête pensante du monde alors que le sud est cantonné au monde des instincts, de l’animisme, des ressources…

Le monde du nord exploite sans vergogne celui du sud tout en l’appauvrissant tout comme la tête méprise les jambes et les pieds en particulier, au contact avec le sol, source de la souffrance de l’incarnation vécue en tant que « punition divine ».

Par conséquent, le nord de l’occident domine le monde tandis que le sud finit en tiers et quart-monde bien que disposant des plus grandes ressources.

Le détournement du binaire (le 2), figure de l’anti-mental, a forgé un hyper-mental et avec lui la volonté de tout contrôler d’où l’omniprésence de la technologie ; technologie extérieure du surhomme en occident et technologie intérieure du non-homme en orient mais aucune n’est une solution, ce n’est que de la technologie.

Une synthèse complète ouest-est-nord-sud au centre répondrait au problème soit dans le cœur de l’être humain.

Cette approche imparfaite de la vision symbolique du monde par les nombres parents a l’apanage de dévoiler et confirmer la nécessité de développer ou d’encourager le principe féminin et le monde changera de lui-même en tant que projection.

En outre, elle instille l’interconnexion entre les êtres et les choses dans un recul, j’espère salvateur.

Équilibrons-nous, libérons ce 2 en nous afin de permettre l’alchimie globale de notre être dans l’unité retrouvée.

Share Button