Archives de catégorie : Interprétation

Rétronumérologie

Qu’est-ce que c’est ?

Quel est ce nom barbare, qui ne figure même pas dans le dictionnaire ?

Et non ! Ce n’est pas la numérologie du passé ! Raté !

retronumerologie

Trêve de suspense.

La Numérologie permet de mieux comprendre la vie d’une personne à partir de ses nombres.

La rétronumérologie procède inversement en partant d’éléments de vie d’une personne pour retrouver une partie de ses nombres.

Voyons cela de plus près.

A la lecture d’un thème numérologique, dès que nous avons acquis une relative maîtrise, nous pouvons aisément voir comment les nombres s’expriment à travers ce thème, confirmer leur pertinence ainsi que la magie de leurs interactions dans la vie du sujet. En retour, nous pouvons ainsi « certifier » la validité de nos connaissances et finalement, de la numérologie elle-même. C’est aussi de cette façon que nous apprenons, progressons, bref acquérons de l’expérience.

Toutefois, soyons honnêtes, il est possible de se leurrer en cherchant parfois, consciemment ou non, à faire coller des interprétations hasardeuses au thème ou à en justifier certaines sans grand contrôle.

Il faut accepter les errements anecdotiques et remettre régulièrement en question son « savoir » en évitant le piège de l’auto-confirmation à tout prix en bricolant. Il y a, malgré tout, et c’est naturel, une part subjective dans l’étude d’un thème.

En revanche, la démarche inverse, à savoir « deviner » les nombres d’une personne inconnue à l’évocation de ses comportements ou événements la concernant, relève davantage d’une forme d’objectivité.

Cette démarche comporte de surcroît de multiples avantages.

  • Le premier, outre l’objectivité, offre la vérification des connaissances acquises, la confirmation que nous sommes sur la bonne voie. Deviner un chemin de vie, une expression, une année personnelle, un jour personnel voire une date de naissance, est considérablement gratifiant et augmente drastiquement la confiance dans la numérologie que nous pratiquons.
  • En second lieu, concernant les divergences de techniques ou de calculs des différentes écoles, nous pouvons trouver là des réponses et une clarification. Si ce que nous savons est juste, la rétronumérologie nous le renverra.
  • Tertio, quand nous détectons chez quelqu’un la présence évidente d’un nombre, nous pouvons dès lors en déduire d’autres qualités, comportements, goûts ou activités relatives à ce nombre, non communiquées par cette personne ; restituez-les lui, elle en sera étonnée, ce qui favorisera un échange intéressant tout en assurant une diffusion qualitative de la numérologie.
  • Et pour finir, cette méthode ou démarche permet de conférer un aspect plus scientifique à la numérologie.

Entraînez-vous donc à exercer cette rétronumérologie, vous en serez agréablement surpris(ses) et participerez ainsi à une forme de promotion qualifiante de la numérologie qui en a bien besoin.

Lettre L en numérologie

Lettre L valeur 12/3

La lettre L, douzième lettre de l’alphabet, a pour avantage indéniable de ne s’appuyer que sur une seule origine de même rang dans l’alphabet hébraïque, la lettre Lamed.

En tant que rang 12, elle porte déjà les attributs de ce nombre et forcément du 3 mais nuancé.

Le Lamed, graphiquement et symboliquement représente l’aiguillon à bœufs et signifie par ailleurs, l’enseignement, l’apprentissage dans une notion de verticalité ; les anciens y voient plus généralement le chemin de l’évolution (vers le haut), d’où les ailes (L), la miséricorde, l’étude, la méditation et l’oubli de soi au profit notamment, des autres. C’est une lettre initiatique.

lettre lamed
Lettre Lamed

L’aspect transmission, enseignement, savoir, étude se retrouve aisément dans les mots Livres, Littérature, Langage, Lexique, Loquace, Labile, Lèvre, Langue, Luette, Larynx, Liturgie, Louer (sens adorer)… Il faut regarder ces mots dans le sens de l’apprentissage, de l’élévation et non pas au sens fonctionnel comme la parole par exemple qui vient du P et donc de la lettre Peh hébraïque que l’on décrira ultérieurement.

La notion « aérienne » du Lamed, quant à elle, s’illustre par l’aiLe, Léger, et plus verticalement, Lumière, Lueur, Lustrer etc.

Pour en revenir à l’aiguillon, objet qui compte plusieurs acceptions comme pousser les animaux ou les retenir, il faut également le considérer dans un sens directionnel, de l’avancement. Il peut aussi se résumer en : unir, attacher, frapper, ce qui a donné, Liberté, Lier, Licol, Lasso, Longe, Laisse, Lapider, Ligne, Longitude, Latitude et pour désigner les objets (ou les attacher à la description), les démonstratifs, Le, La, Les, les pronoms, iL, eLLe, Lui, Leur etc.

tarot la justice
La Justice

Ce type de Lien est confirmé par la maison astrologique associée, la maison VII, chère aux associations, contrats et mariages.

L’apport de l’arcane de tarot afférent, la Justice se précise dans les mots, Loi, Légitime, Légal mais aussi dans le poids des mesures du signe rattaché, la balance avec du Lourd.

Pour achever la série des influences originelles et descriptives du L, le rang 12, signe de la volonté (les 12 signes du zodiaque sont 12 modes de volonté) apporte son sens de volonté sacrificielle (initiatique) inhérent à tout chemin d’évolution évoquant les mots Lutte, Labeur, Larme et la probable culpabilité du « tu gagneras ton pain à la sueur de ton front ». Il s’agit bien évidemment ici d’un écueil interprétatif dû à surcroît de prosélytisme religieux.

Résumé

Le L dote de détermination, de soif d’apprendre, d’évolution, d’un sens social qualitatif, du Lien (au sens noble), de capacités artistiques. Le sens de la morale et du bien est fortement prononcé voire parfois excessif, avec le besoin « apparent » de faire passer les autres avant soi, apparent car mu par ce réel besoin mais aussi par le fait de le faire constater comme abnégation obligatoire avec la difficulté de se faire plaisir dûment affichée.

Pour finir, sens du sacré et de la justice (immanente) mais pas nécessairement religieux. Il est important de valoriser la déculpabilisation et cultivant davantage « d’égoïsme », par le créatif notamment.

Excursion

Un passage d’L, implique souvent et logiquement un décollage, un changement d’univers, une élévation avec abandon d’anciens schémas de vie (au sens positif) dans une implication légale à savoir des démarches administratives. Par ailleurs, ce sens de l’élévation ou de l’évolution s’accompagne d’un désir d’apprentissage donc de stages, formations, études et de nouveaux contacts humains de qualité et durables. L’artistique et les envolées créatives sont bien sûr à l’honneur, à la mesure de chacun(e).

Le L (toujours regarder dans quel prénom ou nom il se situe) indique presque toujours une sorte de rupture avec un passé, un changement de paradigme, désiré, librement consenti et à la volonté déterminée.

Corporellement, la zone de la gorge et du cou est éventuellement sollicitée, le plus important étant de gérer le stress et la culpabilité et donc les somatisations.

Les activités, personnes, objets et symboles commençant par un L sont évidemment concernés durant l’occurrence de cette lettre.

Lettre S, lettre B

Lettre B en numérologie

Lettre B, seconde lettre de l’alphabet, valeur 2, lettre double

La lettre B émane clairement et directement de la lettre hébraïque Beth avec laquelle elle partage le deuxième rang alphabétique.

Tout comme le A peut être envisagé comme un 1, le B reprend les caractéristiques du nombre 2 à ceci près que c’est une lettre et qu’ainsi elle couvre d’autres sens dérivés.

lettre beth
lettre Beth

Le Beth signifie littéralement « Maison » ou « Demeure » voire la « Bouche » et de plus, l’entrée, l’accès à l’Intérieur.

D’ailleurs les mots Bâtiment, Building, Boîte renforcent cette idée et, avec l’élément eau du 2, le bâtiment se transforme en Bateau, Boat, Barque, Bac etc.

Le préfixe Bi renvoie bien également au 2 dans le sens numérique.

Néanmoins, le paradoxe du B tient au principe de manifestation lié au nombre 2, à savoir que les « choses » apparaissent à ce stade, c’est la Base !

C’est pourquoi l’arcane du Tarot associé est le Bateleur. Je rappelle que le principe divin est immanent et invisible, tout commence à se manifester à partir du 2. Le Bélier, premier signe astrologique, commence par un B, c’est le B.A.BA. sinon vous l’avez dans le baba…

le bateleur
Le Bateleur

Note : l’ordre des arcanes du tarot ne suit pas l’ordre des lettres qui sont, je le rappelle, des canaux qui relient les sephiroth ; dans le cas présent, le Beth est le canal, le sentier qui relie Binah (3) à Kether (1).

D’où l’idée que le B ou le Beth débute toute série, les Béotiens vous le confirmeront…

Le Beth est la première lettre du premier mot de la génèse, « Bereshit » (au commencement) qui fait toujours l’objet d’une étude considérable.

Le B ou le Beth représente aussi la Bénédiction de la sagesse divine (sagesse (nombre 2) et à contrario folie ou Bêtise par absence de sagesse) avec les exemples de Baptiste, Baptème.

Le B couvre l’acte de Bénir et par extension, le Bien, le Bon et le Beau, le Brave mais également, le Benêt, le ou la bête. « Heureux les simples d’esprit » (sermon de la Montagne).

En tant que bouche on retrouve la notion d’ouverture vers un monde intérieur, son seuil et simultanément ce qui s’y rattache  comme Bavarder, Bavasser, Baver, Balbutier, Baiser, Bègue puis la Bouffe, la Boisson (ce que l’on met à l’intérieur).

On retrouve l’énergie de Base dans le symbolisme animal à travers l’énergie primordiale du Taureau représentée par les Bovins, Bisons, Buffles etc.

La Base, c’est le Bas (comme le 2, l’ancrage), le Bassin mais aussi la lecture et le Binaire (Biblio, balancer…).

La planète correspondant au B est bien évidemment la lune, le jour, le lundi, considéré souvent comme premier jour de la semaine.

Résumé

Le B a un But, il scelle le déBut de quelque chose, la construction pragmatique et matérielle, intellectuelle ou affective (union). C’est également une énergie nourricière, d’entretien de ce qui a débuté, voire de développement. Il est l’incarnation du principe de l’énergie, du bas vers le haut, du bassin, l’ébauche d’une base. Avec son aspect double ou duel, l’opposition est possible (Bataille), le principe de séparation (plus pour manifester les choses distinctement que pour annihiler).

L’importance du foyer et de son équilibre est déterminante et majeure, assumant la pérennité et la sécurité ; les Besoins doivent être satisfaits à tout niveau, corporel, émotionnel etc.

Excursion

Le passage du B indique souvent des préoccupations (pas nécessairement négatives) d’ordre matériel liées au bien-être de l’acquisition de cette fameuse base tranquillisante à partir de laquelle on se pose, comme un point de départ.

Cette lettre met un accent sur la maison, l’union (Bague), les relations solides, le côté maternel et plus particulièrement le corps (maison de l’âme) avec les parties ou organes doubles comme les yeux par exemples ou les ouvertures en général.

Un esprit plutôt vide (dans le bon sens) est à l’honneur ou pas d’esprit du tout (sagesse/folie) et à contrario, un besoin de se remplir, d’opposition, de doute, un sentiment d’abandon etc.

Les personnes et les objets ou thématiques commençant par la lettre ont évidemment des occurrences significatives durant le passage de cette lettre.

Lettre S, lettre L

Lettre S en numérologie

Lettre S, dix-neuvième lettre, 19/1

lettre shin

Cette lettre est issue principalement de la lettre hébraïque Shin, lettre mère, représentant l’élément Feu d’où Soleil, Splendeur, Scintillement etc.

Le Shin donne également le son « ch » comme Chaleur car il est symbole de feu mais aussi du haut, de la tête (Spiritualité, Source) et du Sec voire Sud.

En tant qu’élément du haut, de l’eSprit, il est Super, Supérieur, Sur ; sa verticalité donne le Sens puis par extension Sensibilité, non pas dans le sens 2 à savoir recevoir mais dans le « bon sens », la quête du Sens (Signification).

Le Shin a pour arcane du Tarot le Jugement (XX) soit l’épreuve du Feu, le jugement dernier, la résurrection, l’éveil et donc le Salut, la Spiritualité, l’eSpoir et par extension, Santé, Sain, Sobre, Simple.

le jugement tarot
Le jugement

Par ailleurs, Shin signifie dent (Scie), arc (Sagittal), l’idée de broyer soit l’idée de la morsure du soleil, de l’absorption par un symbole solaire (la dent, attribut phallique) de nourriture solaire ; la nourriture, symboliquement est du soleil transformé, d’abord par les plantes à l’aide de la photosynthèse puis secondairement par les animaux qui mangent les plantes.

Le Shin, vingt et unième lettre de l’alphabet hébraïque passe au dix-neuvième rang du nôtre : la réalisation de soi, l’épanouissement glisse à travers le temps vers le solaire ; on cherche à briller plus qu’à se réaliser en somme (en exagérant un peu…). Le Shin qui vaut 300 (et aussi 21, rang de la lettre), devient 19/1 avec le S.

Mais le S vient également et secondairement de la lettre Samerh, qui donne le S et le X.

lettre samekh

Le Samerh est une lettre simple en rapport avec le Sagittaire et la maison astrologique IX.

Il signifie littéralement Soutien (charpente), Squelette (Structure) et gère la fonction Sommeil (Sieste) chez l’être humain (Sleep en anglais et Schlafen en allemand d’ailleurs).

Il est associé à l’arcane XIV, la Tempérance qui lui confère normalement la fluidité, l’équilibre entre le haut et le bas, entre eSprit et Sensibilité soit une forme de Sérénité, avec toutefois le risque de la problématique inverse.

la temperance tarot

Au départ quinzième lettre dans l’hébreu, elle devient 19 dans notre alphabet ou comment transformer le principe de la possession, du matérialisme mais aussi de l’attraction en valeur solaire occidentale.

Tout cela fait beaucoup d’influences diverses à digérer.

En résumé

le S est bien une lettre correspondant à l’état solaire de l’être, à l’esprit, plutôt sereine et solide, saine cultivant la verticalité, le sens, le supérieur et à l’inverse le snob, le sale, la sévérité, le stress etc. Le S figure l’être en tant qu’esprit.

Elle se tient debout (verticale), structurée, soutenue, solide, sportive avec son Statut qui Surplombe la Situation. Elle se sent bien, rayonne naturellement, c’est son état, ce qui ne l’empêche pas d’être créatrice et active. En tant qu’esprit, que soleil intérieur, elle figure un potentiel, une énergie à libérer en sommeil, elle agit en arrière plan, insuffle en tant que Souffle de l’esprit, elle est Secrète.

Au plan pratique, elle donne une grande présence, enthousiasme, joie, dynamisme, rayonnement, générosité, sensualité et initiative mais aussi, agressivité, frustrations, oubli de soi, égo etc.

Excursion

Le passage d’un S indique un cycle favorable à l’établissement du rayonnement personnel, qui mettra en lumière les forces et les faiblesses associées (à dépasser donc). Comme toute lettre 1, elle amène du nouveau, de l’inédit, des événements à caractère unique à tout niveau.

En général, le rayonnement Social est favorisé que ce soit au niveau professionnel avec une forme de promotion ou un avancement hiérarchique, au niveau artistique avec un Spectacle par exemple, au niveau investissement avec un achat valorisant socialement etc. (idée de briller, de rayonner).

Ce cycle pousse en outre à Etre, Soi, dans l’initiative, l’idée, l’inventivité en évitant l’écueil de se vouloir « supérieur » au lieu d’être humblement dans le Supérieur.

Souvent ce cycle procure plus de joie et de bonheur.

Les personnes, actions ou thèmes commençant par la lettre S sont bien évidemment à l’honneur.

Une bonne occasion de s’éclater en Somme ! (et si non, période propice aux prises de conscience sur cette question).

Elle concerne les hommes, le père, le fils (niveau affectif) avec son aspect phallique et tous ses attributs.

N’oubliez pas de décliner tout cela fonction des prénoms ou noms.

Autres éléments : dents, estomac, squelette, sommeil, tout ce qui augmente le rayonnement, l’esprit etc.

Lettre B, lettre L

Préambule à l’étude des lettres partie 2

Pour ne point aller trop vite en besogne, j’éprouve le besoin d’écrire ce second préambule afin de préciser le cheminement, la problématique et enfin ma façon de procéder.

Comment étudier ?

En effet, l’étude des lettres est véritablement ardue pour qui veut délivrer des informations claires et utilisables pour tout le monde. Mon objectif n’est pas de rédiger un énième article banal qui reprendrait les contenus actuels mais plutôt de faire avancer (si possible) la numérologie en matière de connaissance des lettres, ce qui, au demeurant constitue une gageure.

Les sources et « outils » à disposition pour pénétrer le mystère des lettres sont les suivants :

– La Kabbale, un sacerdoce à elle toute seule.

– La sémantique, la linguistique, la graphologie etc.

– l’intuition associée à de gros efforts de conscience et à un solide esprit critique.

– et enfin, la numérologie par elle-même pour vérifier la pertinence des informations recueillies.

Voilà la problématique, chaque item étant interprétable et considérablement variable.

La principale source, la Kabbale, n’est rien de moins que la connaissance orale avec toutefois quelques livres essentiels comme le fameux Sepher Yetzirah, incontournable au niveau des lettres mais comptant quatre versions parfois contradictoires. De surcroît, son exégèse dépend également des auteurs, partagés sur la question quand il n’y a pas de querelles de clochers entre Kabbale chrétienne et juive ; il n’existe donc pas, à proprement parler, de version œcuménique.

Il nous revient de démêler l’écheveau sachant, en outre, que la « connaissance » a été intentionnellement voilée afin d’en éviter une propagation non contrôlée (selon les dires mêmes des auteurs).

Il s’ensuit un incommensurable travail de tri, de dégagement du bon grain de l’ivraie dans ce grand fatras d’informations diffuses et subjectives.

Une fois l’extraction d’un portrait global et satisfaisant des lettres hébraïques réalisé, il nous reste à suivre leur cheminement au travers des âges et des cultures jusqu’à leurs formes contemporaines.

Pour finir, il nous reste à déterminer comment dans la pratique numérologique, ce symbolisme issu de l’inconscient collectif s’exprime avec des mots simples et des cas de figure pragmatiques.

La description des lettres qui suivra fera l’impasse sur tout ce travail pour laisser place à un résumé concis et synthétique qui s’étoffera au cours du temps ; les publications seront donc sujettes à des modifications régulières.

N’oublions pas que ces mêmes descriptions n’engagent que mes capacités d’interprétation, elles-mêmes relatives à mes progrès évolutifs en terme de conscience mais je ferai de mon mieux.

A titre d’aperçu, voici un tableau des correspondances entre les lettres hébraïques et le symbolisme, parfois déroutant mais à considérer comme support de perception ; les lettres pour rappel sont les canaux qui relient les Sephiroth ( voir préambule 1), elles ne suivent donc pas l’ordre logique habituel, notamment pour leur attribution des arcanes du tarot.

sepher yetzirah lettres

Cliquer sur l’image pour l’avoir en taille réelle.

Parlons maintenant du tableau des plans d’expression à la lumière de tout ceci.

On ne connaît pas vraiment l’origine de ce tableau, la pertinence de la distribution des lettres et donc sa légitimité, même si elle est attribuée à Kevin Avery. Néanmoins, il semble donner de bons résultats alors que par ailleurs, parfois incohérent comme nous le verrons dans l’étude des lettres.

Les numérologues l’utilisent pratiquement tous sans se poser de question comme un postulat indéfectible.

En effet, il comporte trois colonnes et quatre lignes ce qui donne douze cases, il nous rapproche ainsi de l’astrologie avec ses douze signes rapportés aux quatre éléments et aux trois aspects cardinaux, mutables ou fixes.

Pour autant, les quatre lignes sont définies comme mentales, physiques, émotionnelles et intuitives au lieu de air, feu, eau et terre, ce qui est, selon mon esprit critique un peu gênant. Par ailleurs, parmi les lettres hébraïques, seules les lettres simples au nombre de douze sont reliées aux signes astrologiques alors que les lettres doubles le sont aux planètes et les mères aux éléments.

Je vous laisse juges, j’attire simplement votre attention sur cette question, il n’est pas toujours bon d’appliquer sans comprendre… mais qui peut le plus peut le moins.